de pâles cimetières

Etats-Unis : les pales d’éoliennes ne se cachent pas pour mourir

Ainsi comme les déchets nucléaires en France, les pales d’aérogénérateurs, aux Etats-Unis, sont… enterrées. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que la méthode a quelque chose de plus artisanale, voire primaire, non? Et quid, du sauvetage du Climat dans ces conditions?
Et pourtant, pas un mot, pas un cri, pas une esclandre de la part des écologistes Français, pourtant si prompts d’habitude à se répandre sur les plateaux TV et autres médias dès qu' »une chaise tombe par terre lors d’une réunion dans une centrale nucléaire« … Le fait que cela se passe aux Etats-Unis ne serait pas la raison de ce silence assourdissant?
Les pales d’une éolienne peuvent être plus longues qu’une aile de Boeing 747, donc à la fin de leur durée de vie, elles ne peuvent pas simplement être transportées. Tout d’abord, vous devez scier la fibre de verre ou de carbone à l’aide d’une scie industrielle incrustée de diamants pour créer trois pièces suffisamment petites pour être attachées à un tracteur semi-remorque.
La décharge municipale de Casper, dans le Wyoming, est le dernier lieu de repos de 870 pales dont les jours de production sont terminés. Les fragments coupés ressemblent à des os de baleine blanchis nichés les uns contre les autres.
« C’est la fin de cet hiver« , a déclaré le technicien des déchets Michael Bratvold, en regardant un bulldozer les enterrer pour toujours dans le sable. « Nous aurons le reste lorsque arrivera le printemps.« Des dizaines de milliers de pales vieillissantes descendent des tours en acier du monde entier et la plupart n’ont nulle part où aller, sinon des décharges. Rien qu’ aux États-Unis, environ 8 000 seront supprimées au cours des quatre prochaines années. Selon BloombergNEF,  en Europe, qui traite le problème depuis plus longtemps, c’est environ 3 800 pales/an qui seront déclassées et ce, jusqu’en 2022 au moins. La situation va donc empirer : la plupart ont été construites il y a plus de dix ans, alors que les installations représentaient moins d’un cinquième de ce qu’elles sont aujourd’hui.
Conçues pour résister aux vents de force ouragan, les pales ne peuvent pas facilement être écrasées, recyclées ou réutilisées. Cela a créé une recherche urgente d’alternatives dans des endroits qui manquent de prairies ouvertes. Aux États-Unis, ils sont déposées à la pelle dans les décharges qui les acceptent, à Lake Mills, Iowa; Sioux Falls, Dakota du Sud; et Casper, où elles seront enterrées, jusqu’à 10 mètres de profondeur, empilées les unes sur les autres.
« En fin de compte, les pales de d’éoliennes sont ici à jamais« , a déclaré Bob Cappadona, chef de l’exploitation de l’unité nord-américaine de Veolia Environnement SA basée à Paris, qui cherche de meilleures façons de gérer les déchets massifs. «La plupart des décharges sont considérées comme des tombes sèches

Pour prévenir les changements climatiques catastrophiques causés par la combustion de combustibles fossiles, de nombreux gouvernements et sociétés se sont engagés à n’utiliser que de l’énergie propre d’ici 2050. L’énergie éolienne est l’un des moyens les moins chers pour atteindre cet objectif.
L’électricité provient de turbines qui font tourner des générateurs. Des modèles modernes sont apparus après l’embargo sur le pétrole arabe de 1973, lorsque les pénuries ont contraint les gouvernements occidentaux à trouver des alternatives aux combustibles fossiles. Le premier parc éolien aux États-Unis a été installé dans le New Hampshire en 1980, et la Californie a déployé des milliers de turbines à l’est de San Francisco à travers le col d’Altamont.
Les premiers modèles étaient chers et inefficaces, tournant rapidement et bas. Après 1992, lorsque le Congrès a adopté un crédit d’impôt, les fabricants ont investi dans des conceptions plus hautes et plus puissantes. Leurs tubes en acier s’élevaient à 80 mètres et arboraient des lames plongeantes en fibre de verre. Une décennie plus tard, General Electric Co. a fait de son modèle de 1,5 mégawatts – assez pour alimenter 1 200 maisons dans une brise raide – une norme de l’industrie.
L’énergie éolienne est sans carbone et environ 85% des composants de la turbine, y compris l’acier, le fil de cuivre, l’électronique et les engrenages, peuvent être recyclés ou réutilisés. Mais les pales en fibre de verre restent difficiles à éliminer. Avec certaines aussi longues qu’un terrain de football, les gros transporteurs ne peuvent qu’en charger qu’une à la fois. Aussi, les frais de transport sont prohibitifs pour les transports longue distance. Les scientifiques tentent de trouver de meilleures façons de séparer les résines des fibres ou de donner une nouvelle vie aux petits morceaux sous forme de pastilles ou de panneaux.